navigation

Pour une orientation choisie

LE CABINET AD’ORIENTATION VOUS ACCUEILLE SUR LILLE
Pour aller de l'avant avec confiance
Unsplashed background img 1

Augmentation du numérus clausus

Marisol Touraine la ministre de la santé a annoncé une augmentation du numérus clausus de médecine, soit 136 places au total. Le centre Val de Loire par exemple engrange une augmentation de 10% de ses entrants (pour la PACES de Tours), mais également  +7 places à Caen, 8 à Amiens, 10 à Lille, 12 à La Réunion, 13 à Rouen, 15 à Dijon et dans les Antilles-Guyane, 18 à Clermont-Ferrand et Grenoble.

Avec ces 136 places supplémentaires, Marisol Touraine espère «garantir une présence médicale sur l’ensemble du territoire», notamment dans les régions «confrontées à une situation particulièrement difficile avec une densité médicale nettement inférieure à la moyenne nationale et une proportion importante de médecins de plus de 55 ans.»

Sébastien Foucher, président de l'ANEMF (Association Nationale des Etudiants en Médecine de France) explique selon lui "l'impact mineur qui ne sera efficace que dans dix ans au mieux". Selon lui il n'y a pas d'effort à court terme alors "que nous sommes au creux de la vague". En dix ans, le numérus clausus a plus que doublé, mais la qualité est globalement moindre: les étudiants en stages sont nombreux et moins bien encadrés.

Le doyen de la faculté de médecine de Tours, satisfait de cette augmentation veut se montrer attentif à la qualité  en diversifiant les terrains de stage par les cabinets de ville notamment.

Le président de MG France, syndicat des médecins généralistes est plus dubitatif: les capacités des universités sont déjà débordées selon Claude Leicher, et il faudra également augmenter les enseignements et les possibilité de stage.

La ministre de la Santé, quant à elle, explique vouloir « mieux prendre en compte les choix géographiques d’installation »

Selon elle "de nouvelles règles de zonage vont se mettre en place » afin de « répondre à la situation des territoires aujourd’hui sous dotés, mais aussi de mieux anticiper ceux qui peuvent le devenir ».

Le dispositif des contrats de praticien territorial de médecine générale (PTMG), qui encourage l’installation de jeunes médecins dans de tels territoires en contrepartie d’une garantie de revenus et d’avantages sociaux, sera aussi revalorisé: d’ici 2017, le ministère compte doubler le nombre des 500 médecins en bénéficiant aujourd’hui. Autant d’actions visant à atteindre un objectif que Marisol Touraine résume en quelques mots: «Chaque Français doit pouvoir trouver facilement un médecin près de chez lui.»